LA 8° EDITION DE 2013

Les INFOS du cinéma :

Dans le cadre de « COLLEGE au DOURON », 120 collégiens de quatrième et troisième sont venus au cinéma pour voir « THE HOBBIT » en version originale. Un dernier exercice d’anglais durant 2H44 pour clôturer la première partie du second trimestre.

L’équipe Armoricourt travaille d’arrache-pied sur l’organisation du festival qui aura lieu du 15 au 17 mars.

DIE HARD

Un scénariste boosté à l’adrénaline

Skip Woods, scénariste de ce Die Hard : belle journée pour mourir, est un habitué des grands films d’action musclés bourrés de testostérone. En effet, avant de prendre les rênes du 5ème opus de la saga culte, Woods a écrit les scripts d’Opération Espadon, de l’adaptation du jeu vidéo d’action Hitman, du très nerveux X-Men Origins: Wolverine et de L’Agence tous risques version 2010.

Tournage en Hongrie et en Serbie

Die Hard : belle journée pour mourir a été tourné durant l’été 2012 à Budapest, capitale de la Hongrie, et à Belgrade, capitale de la Serbie.

Fuji VS Kodak

Die Hard : belle journée pour mourir est le premier film de la saga à être tourné avec de la pellicule Fuji. Les précédents opus ont été tournés avec Kodak.

Bombe anatomique

La bande-annonce de ce Die Hard : belle journée pour mourir a laissé entrevoir un atout au charme indéniable dans ces nouvelles aventures de John McClane en la personne de Yuliya Snigir, actrice et ex-mannequin d’origine russe. Yuliya n’est pas seulement une femme magnifique, elle a aussi un diplôme d’anglais de la Faculté des Langues de Moscou.

Marco de retour

Le compositeur Marco Beltrami a été à nouveau engagé pour écrire la musique de Die Hard : belle journée pour mourir après avoir composé celle de Die Hard 4 – retour en enfer en 2007.

Course-poursuite

La grande scène de course-poursuite a nécessité 82 jours de tournage ! “Sur l’autoroute, dans des rues étroites, sur des ponts, en détruisant au passage des dizaines de voitures haut de gamme… C’est vraiment du grand spectacle !”, déclare John Moore.

A couper le souffle !

Une équipe cosmopolite de cascadeurs a pris part à ce nouveau volet de Die Hard. Plus de 50 têtes brûlées, hongrois, tchèques, slovaques ou américains, ont travaillé main dans la main afin de créer des scènes d’action dignes de la célèbre franchise : “Toute l’équipe ne compte que des pointures. Les films Die Hard sont en quelque sorte le summum du film d’action, et tous les cascadeurs du métier rêvent d’y participer”, affirme le coordinateur des cascades, Steve Davison.

Privilégier l’authentique

Le réalisateur John Moore est très méticuleux. C’est un spécialiste de l’action, et il a cherché à minimiser le plus possible les effets numériques pour privilégier l’authentique : “Il arrivait couramment que l’on passe 12 heures sur un plan qui durera trois secondes à l’écran, mais il n’y a pas d’autre moyen. Ce n’est pas du cinéma analogique. On fait le plus possible les choses en vrai, devant l’objectif de la caméra, et nous n’utilisons les effets visuels numériques que pour améliorer ou étendre les décors”, révèle le metteur en scène.

JAPPELOUP

Histoire vraie

Jappeloup est une libre adaptation du roman «Crin Noir» de Karine Devilder et inspiré de la vraie vie de Pierre Durand, passionné d’équitation ayant abandonné sa carrière d’avocat pour se lancer dans le saut d’obstacle avec son canasson nommé Jappeloup. L’homme et son équidé ont participé à de nombreuses compétitions et ont notamment remporté le titre olympique aux JO de Séoul en 1988, contre toute attente après l’échec cuisant subi aux JO de 1984 à Los Angeles. A noter que Karine Devilder est la belle-soeur de Pierre Durand.

Au commencement était le verbe

Guillaume Canet a adapté, écrit et dialogué lui-même Jappeloup, un projet qui lui tenait à coeur mais qu’il ne comptait pas écrire au départ : “Un jour, Mario Luraschi (Coordinateur des cascades équestres sur le film) m’a laissé un message pour me dire qu’il voulait me présenter son ami Pascal Judelewicz. Passionné par le sujet, ce producteur rêvait de faire ce film depuis 1995. Son enthousiasme m’a bluffé, séduit… et convaincu. (…) J’avais prévu de lever le pied pour me consacrer à mon enfant. Mais il savait que le sujet me passionnait et que je me prendrai au jeu. Pensant passer rapidement le relais à un auteur, j’ai rédigé dix pages puis de fil en aiguille, j’ai écrit des séquences et j’ai commencé à les dialoguer… Au bout de quinze jours, j’ai compris que je ferai le scénario. Je n’avais que quatre mois pour tout boucler”, confie l’acteur.

Jolly Jumper

Jappeloup ne se destinait pas au saut d’obstacles du fait de sa relative petite taille (1,58 m). Cependant, Pierre Durand a remarqué sa formidable détente et capacité de saut, ce qui l’a poussé à le monter et l’entraîner malgré le fait que le cheval était très fougueux et doté d’un fort caractère. Pierre Durand a dû faire preuve d’une patience et d’une abnégation à toute épreuve pour arriver à faire obéir Jappeloup.

Résonance

L’histoire de Jappeloup trouve un écho dans la vie de Guillaume Canet lui-même, ce qui explique son grand intérêt pour le film. En effet, l’acteur a pratiqué l’équitation grâce à son père, éleveur de chevaux. Guillaume a décidé d’arrêter de pratiquer pour partir à Paris et devenir comédien, ce qui n’a pas vraiment plu à son père : “J’avais eu un grave accident de cheval, je n’avais plus la rage de vaincre. La peur de me faire mal se mêlait à l’envie de voir d’autres horizons que les écuries de campagne. Je commençais à être attiré par Paris et les filles”, révèle Canet.

Incarner Jappeloup

Pour incarner Jappeloup (le vrai est mort en 1991), la production a fait appel à plusieurs chevaux pour camper le célèbre équidé à plusieurs étapes de sa vie : “Ce n’est pas évident de changer quand on a trouvé ses marques avec un animal. D’autant que les deux principaux chevaux qui incarnaient Jappeloup ne se montaient pas du tout de la même façon”, explique Guillaume Canet

LINCOLN

Adaptation

Lincoln est basé sur le livre de Doris Kearns Goodwin, “Team of Rivals”. Steven Spielberg était déjà en train de travailler sur le biopic du célèbre président quand il a rencontré l’auteur. Le cinéaste lui a confié être en train de travailler sur Lincoln quand Doris lui a annoncé qu’elle venait juste de terminer son livre. Spielberg en reçut une copie. Après avoir lu l’ouvrage, il décida de l’utiliser comme fondement de son film.

Une équipe qui gagne

Steven Spielberg s’est entouré d’une troupe d’artistes chevronnés qu’il connait bien pour réaliser ce Lincoln. Ainsi, on retrouve Janusz Kaminski à la photographie, Michael Kahn au montage, Rick Carter pour les décors, Joanna Johnston pour les costumes et l’inévitable John Williams à la composition de la musique

Un projet de longue date

Depuis l’âge de sept ans, Steven Spielberg a toujours nourri une fascination pour le personnage d’Abraham Lincoln, bien décidé à lui consacrer un film. C’est en 1999 que le cinéaste a découvert “Team of Rivals”, un livre biographique sur le 16ème Président des Etats-Unis écrit par Doris Kearns Goodwin. Une fois les droits acquis, le projet n’a cessé d’être repoussé depuis 2005, en raison des nombreux films du réalisateur. Le tournage devait avoir lieu début 2011, mais Spielberg a préféré se concentrer sur ses deux précédents longs métrages (Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne et Cheval de guerre) avant de s’attaquer à Lincoln.

A l’attention de Steven Spielberg

Après que Daniel Day-Lewis ait travaillé sa voix pour coller à celle d’Abraham Lincoln, l’acteur a envoyé une cassette audio à Steven Spielberg pour avoir son aval. Ladite cassette se trouvait dans une boîte affublée d’une tête de mort, sorte d’avertissement afin que Spielberg soit le seul à l’écouter en premier.

Lincoln Memorial

La genèse de la passion de Steven Spielberg pour Abraham Lincoln a connu ses prémices lors d’une visite du fameux Lincoln Memorial à Washington : “Je devais avoir quatre ou cinq ans lorsque j’ai vu le Lincoln Memorial pour la première fois, j’ai d’abord été effrayé par la taille de la statue sur ce fauteuil, mais à mesure que j’approchais, j’étais de plus en plus captivé par son visage. Je n’oublierai jamais cet instant, cela m’a poussé à m’interroger sur cet homme qui me surplombait, assis dans ce fauteuil”, révèle le cinéaste.

TURF

Filmer les courses hippiques

Les quatre premières semaines du tournage (qui a duré environ 15 semaines) ont été vouées à filmer les courses hippiques. Une batterie de caméras était placée en divers endroits afin de réaliser les captations, jusqu’à ce qu’il soit possible de reconstituer les courses. L’autonomie des chevaux de course était très peu élevée, et le budget en terme de réquisition de chevaux, de camions, de matériel, a été très lourd.

Force de conviction !

C’est Gérard Depardieu qui a persuadé Edouard Baer d’accepter de prendre part à Turf, en jouant tous les rôles tour à tour lors d’une lecture du texte qu’il avait organisée chez Alain Chabat. Edouard Baer, qui venait tout juste de tourner Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté, était hésitant, mais le numéro de Depardieu l’a définitivement convaincu !

Un film à apprécier en famille

Avec Turf, Fabien Onteniente a voulu réaliser un film de famille : “Avec ce film, j’ai eu envie de faire mon “film du dimanche soir”, avec un parfum à la Le Gentleman d’Epsom, où Jean Gabin jouait un turfiste un peu roublard. Le Gentleman était un de ces films où ça allait moins vite qu’aujourd’hui et qu’on pouvait apprécier en famille. Gérard Depardieu (…) joue un rôle essentiel et symbolique dans Turf, puisque c’est lui qui joue mon Gabin qui rôde, jamais à une combine près…”, explique le metteur en scène.

Partenariat

Le PMU a été partenaire du film et a accompagné le réalisateur. Deux objectifs : la retranscription de la passion des courses et la représentation sympathique du “turfiste”. “Dans la société d’aujourd’hui, les PMU sont encore l’un des rares lieux de vie où les gens peuvent se retrouver et se réunir”, affirme Fabien Onteniente, qui confesse avoir toujours été attiré, fasciné même, par l’ambiance des PMU, depuis son plus jeune âge…

Classes cinématographiques pour Pierre Bénichou

Le journaliste et connaisseur du monde des courses Pierre Bénichou, qui n’avait encore jamais écrit pour le cinéma, a rejoint l’équipe des scénaristes de Turf, composée de Philippe Guillard, d’Emmanuel Booz et du réalisateur Fabien Onteniente.

Hommage

Les mélodies de piano qu’Edouard Baer joue dans Turf sont des compositions inédites de Frédéric Botton, auteur-compositeur disparu en 2008. C’est en hommage à cet artiste qu’a par ailleurs été créé le personnage de pianiste fauché qu’est Freddy.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu