SEXY DANCE vendredi 7 et samedi 8 en 3D

SEXY DANCE 4

Contrairement aux films précédents de la série, Sexy Dance 4 ne se contente pas d’opposer deux équipes de danseurs. En effet, il est ici question de “flash mob”. Très populaire depuis quelques années, le “flash mob” est un rassemblement de personnes (généralement des danseurs) qui surgissent d’une foule, se donnent en spectacle et se séparent très rapidement. Le producteur exécutif du film, Matthew Smith, précise : “Le flash mob est en réalité une danse minutieusement planifiée, qui donne l’illusion de la plus grande liberté. Elle est devenue un véritable phénomène de société, mais c’est la première fois qu’on la voit sur l’écran, en 3D, avec des danseurs d’un tel niveau et des chorégraphies aussi élaborées.”

Ce film est le quatrième opus de la série Sexy Dance (“Step Up” en version originale). Cette série, débutée en 2006, s’est exportée dans la rue pour Sexy Dance 2, et s’est même offert une nouvelle dimension avec Sexy Dance 3 The Battle, en 2010. Grâce à ses trois premiers opus, la franchise a rapporté plus de 425 millions de dollars dans le monde, et a permis à l’acteur Channing Tatum (G.I. Joe – Le réveil du Cobra, 21 Jump Street) de gagner une notoriété internationale

Un pro aux manettes

Sexy Dance 4 peut se targuer d’avoir à sa barre un professionnel du film de danse et du film musical : Scott Speer. Réalisateur d’un documentaire sur la chanteuse Ashley Tisdale, il est également à l’origine de deux productions sur une impressionnante troupe de danseurs : “The LXD : The Legion of Extraordinary Dancers”, réalisé en 2010, et “The LXD: The Secrets of the Ra”, sorti l’année suivante

De la danse mais pas que…

On retrouve dans Sexy Dance 4 toutes sortes de danses, voire même des disciplines qui s’en éloignent, ce que le réalisateur Scott Speer confirme : “J’ai tenu dès le départ à présenter l’éventail complet de la danse. Je crois que chacun de nous a une aptitude naturelle à être danseur, c’est-à-dire à communiquer. The Mob mixe des styles très différents dans le “flash mob”, y compris des disciplines qui relèvent de l’athlétisme : course, saut en hauteur, escalade, etc.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu